Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

S'adapter à la colonie

Louis Hébert préparant son terrain pour l'agriculture
© Domaine public / Artiste inconnu / Bibliothèque et Archives Canada, C-016952

Mon nom est Louis Hébert et on dit de moi que je suis le premier agriculteur du Canada. Les récoltes nous donnent juste ce dont ma famille et moi avons besoin pour nous nourrir. Je me suis installé à Québec en 1617 et à cette époque, j’étais un des seuls à m’établir pour de bon en Nouvelle-France. En 1620, une de mes filles a eu son premier bébé, le premier enfant français né en Nouvelle-France!

Des trucs des Autochtones

Pour nous aider à survivre, nous avons pris quelques trucs chez les Autochtones. Par exemple, nous avons commencé à utiliser des canots d’écorce pour nous déplacer sur les petites rivières parce qu’ils sont légers. Nous avons aussi commencé à utiliser des raquettes pour nous déplacer dans la neige. Nous utilisons aussi des vêtements autochtones comme les mocassins et les mitaines en peau de castor. Le reste de nos vêtements est du même style que ceux des Français.

Bâtir une ferme

Ici, tout doit être fait. On doit construire nos maisons, défricher nos terres et faire pousser des légumes et des fruits. Avec le peu d’argent qu’on économise, on doit acheter des outils et des bêtes pour faire fonctionner notre ferme. C’est une vie difficile, mais ma famille et moi sommes très heureux!

Auteur :
Alexandre Lanoix

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)