Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

Les guerres iroquoises

Un guerrier iroquois
© Domaine public / Jacques Grasset de Saint-Sauveur / Bibliothèque et Archives Canada, C-003163

Tout n’est pas rose pour les colons en 1645. De nombreuses difficultés compliquent leur quotidien. Il faut construire, défricher, s’adapter au rude climat de l’hiver, sans compter les attaques iroquoises.

Les amis de mes ennemis sont mes ennemis!

Quand les Français s’installent dans la vallée du Saint-Laurent, les Iroquois ne sont pas tout de suite en guerre contre eux. Ils sont plutôt en guerre contre les Algonquins, les Montagnais et les Hurons, d’autres nations autochtones. Pourquoi? Oh là là! voilà une bonne question. Disons que les Iroquois veulent protéger leur territoire de chasse et être les plus importants dans le commerce des fourrures. Les Français deviennent les ennemis des Iroquois parce qu’ils sont amis avec les Algonquins, les Montagnais et les Hurons.

La peur dans la colonie

Les forts de Montréal et de Trois-Rivières sont attaqués à plusieurs reprises par les Iroquois, causant la mort de nombreux colons. Les habitants ont peur d’aller cultiver les champs. Pour se protéger, ils s’y rendent en groupe, certains sont armés alors que les autres travaillent. Heureusement, il y a des périodes de trêve, qui permettent à la colonie de se développer.


Mais comment ces guerres se terminent-elles? Tu trouveras la réponse en lisant la fiche sur la Grande paix de Montréal.

Auteur :
Service national du Récit de l'univers social

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)