Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

Un roi qui dirige de loin

Le fonctionnement du gouvernement en Nouvelle-France en 1645
© Creative Commons (BY-NC-SA) / Service national du RÉCIT de l'univers social

À cette époque, la Nouvelle-France est dirigée comme un commerce bien plus que comme une colonie. On y envoie des hommes pour travailler, on y ouvre des postes de traite pour faire le commerce des fourrures mais presque personne n’y établit sa demeure permanente. Il n’y a presque pas d’autorités sur place, seulement quelques seigneurs.

Une COLONIE comptoir

Le roi de France confie la colonie à la Compagnie des Cent-Associés en 1627. En échange du monopole du commerce des fourrures, la compagnie est chargée d'administrer et de développer la colonie. Elle a l'obligation d'envoyer 4 000 colons en Nouvelle-France dans les quinze premières années et de les aider à s'établir. Les affaires de la compagnie des Cent-Associés ne vont pas très bien et peu de gens viennent s'installer en Nouvelle-France. 

En 1645, on dit de la Nouvelle-France qu'elle est une colonie comptoir, c'est-à-dire qu'elle sert surtout de comptoir pour le commerce des fourrures. Très peu de gens y habitent. Les personnes qui vivent en Nouvelle-France travaillent presque tous dans le commerce des fourrures et retournent souvent en France après quelques années.

Qui défend la colonie?

En 1645, la France laisse un très petit nombre de soldats dans la colonie. Si la Nouvelle-France est attaquée, ce sont les habitants eux-mêmes qui doivent la défendre parce que l’armée n’est pas assez bien organisée.

Auteur :
Alexandre Lanoix

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)