Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

Les religieux

L'arrivée des Ursulines en 1639 à Québec
© Domaine public / Frank Craig / Bibliothèque et Archives Canada, C-001549

En 1645, la population de la Nouvelle-France est catholique et compte un certain nombre de religieux et de religieuses. Mais les communautés religieuses sont encore peu nombreuses à ce moment. La plus importante est celle des Jésuites, établie dans la colonie depuis 1625.

Les Jésuites

On retrouve des Jésuites à Québec, à Trois-Rivières et à Montréal, mais aussi parmi les nations autochtones. Ils fondent des missions afin de convertir les Autochtones à la religion catholique. Les Jésuites sont particulièrement présents chez les Hurons. De 1632 à 1672, ils publient chaque année les récits de leur travail dans la colonie (les Relations). En plus de leur travail de missionnaire, ils ont fondé un collège pour les garçons à Québec en 1635.

Les Ursulines et les Hospitalières

Deux communautés de femmes sont aussi présentes en 1645 : les Ursulines et les Hospitalières de la Miséricorde de Jésus. Elles arrivent par le même bateau à Québec en 1639. Les Ursulines enseignent aux Françaises et aux membres des Premières Nations, alors que les Hospitalières s’occupent de l’Hôtel-Dieu, l’hôpital de Québec.
C’est plus tard qu’arriveront ou reviendront s’établir d’autres communautés, comme les Sulpiciens et les Récollets.

Auteur :
Service national du Récit de l'univers social

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)