Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

Les Autochtones

Le commerce des fourrures occupent une place importante dans la vie quotidienne des Autochtones
© Contexte éducatif seulement (BY-NC) / Vidéanthrop

La traite des fourrures

Vers 1645, les Autochtones sont toujours un groupe important en Nouvelle-France parce qu’ils sont au cœur de la principale activité économique de la colonie, la traite des fourrures. Ce sont les Autochtones qui chassent les animaux comme le castor et la loutre et qui nettoient les peaux. Ils portent également les fourrures qu’ils confectionnent pendant quelques temps, ce qui leur donne encore plus de valeur parce que le poil devient plus résistant et plus soyeux. Sans ces étapes importantes, il serait bien difficile pour les Français de faire des profits avec la traite des fourrures. Avec le temps, les colons apprennent comment chasser le castor et font de moins en moins affaire avec les Autochtones.

Une culture menacée

Même si les Autochtones sont toujours un groupe important en Nouvelle-France, leur mode de vie est menacé. D’abord, plusieurs d’entre eux meurent à cause de maladies amenées par les Européens. Ensuite, la traite des fourrures change leur rythme de vie traditionnel parce qu’elle oblige les hommes à quitter leur famille pendant plusieurs jours pour aller chasser. Enfin, quelques-uns délaissent leur religion animiste pour adopter la religion catholique des Français. Le mode de vie des Autochtones est en train de changer. Parfois pour le mieux, quand ils profitent des outils apportés par les Européens; parfois pour le pire, quand ils meurent de maladies arrivées d’Europe.

Auteur :
Alexandre Lanoix

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)