Aller au contenu principal

La Nouvelle-France vers 1645

La Nouvelle-France  vers 1645

Qu'est-ce qu'on mange?

Les aliments empruntés aux Autochtones : le maïs, la courge et le haricot
© Contexte éducatif seulement (BY-NC) / Diane Boily / AKI : Sociétés et Territoires autochtones

Même s’il est difficile de défricher la terre, même si les étés sont courts et que les hivers sont froids, les habitants de la Nouvelle-France arrivent à subvenir à leurs besoins en récoltant du blé et des légumes. Ils découvrent également de nouveaux aliments comme le maïs, la courge ou le haricot.

La chasse et la pêche

La chasse et la pêche fournissent assez de viande et de poissons pour tout le monde. On peut trouver du gibier comme l’orignal, l’ours et le castor dans les nombreuses forêts autour des établissements et dans le territoire de la Nouvelle-France. La pêche est pratiquée surtout dans le golfe du St-Laurent, près de l’Acadie. Elle fournit assez de morue pour les besoins des habitants.

Les nouveaux aliments d’Amérique

Les Autochtones font découvrir plusieurs nouveaux aliments aux colons français. En plus des légumes (maïs, courge, haricot) et des viandes (orignal, ours, castor), les colons découvrent l’eau d’érable, une eau sucrée qu’ils aiment beaucoup. Tous ces aliments offrent une alimentation plus variée aux habitants de Nouvelle-France qu’aux Français.

Auteur :
Alexandre Lanoix

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)