Aller au contenu principal

Les Treize colonies vers 1745

Les Treize colonies  vers 1745

Entre l'Atlantique et les Appalaches

Les treize colonies anglaises en 1745
© Creative Commons (BY-NC-SA) / Service national du RÉCIT de l'univers social

Monsieur l'intendant,

Je viens de visiter le territoire anglais au sud de la Nouvelle-France. Leur espace est restreint et compte treize colonies indépendantes les unes des autres, mais qui ont en commun leur lien à l'Angleterre. Les Treize colonies sont situées entre l'océan Atlantique et la chaîne de montagnes des Appalaches. La population augmente tellement vite qu'elle n'a presque plus de terres disponibles pour s'établir. Elle aimerait étendre son territoire au-delà des Appalaches mais cette région est contrôlée par les Français.

Les Treize colonies peuvent être divisées en trois parties :

Les colonies du Nord ou Nouvelle-Angleterre

Du Massachusetts au Rhode Island, le paysage ressemble à la Nouvelle-France. L'hiver, le climat est plus froid et il y a de la neige à certains endroits. La végétation est mixte, il y a des feuillus et des conifères. En fait, on pourrait se croire en Nouvelle-France, sauf que les sols sont plus rocheux et moins fertiles. Cependant, les cours d'eau ne gèlent pas, ce qui facilite beaucoup les communications. Il est possible de naviguer et de commercer à l'année, ce qui est un très grand avantage.

Les colonies du Centre

Le centre est occupé par les colonies de New York, New Jersey, Delaware et Pennsylvanie. Le climat est un peu plus doux et les terres sont excellentes. C'est là qu'on produit le plus de blé, de maïs et qu'on élève le plus de bétail et de porcs.

Les colonies du Sud

Au sud, il fait beaucoup plus chaud et la végétation est bien différente. Du Maryland à la Géorgie, il ne neige presque jamais. Les terres sont souvent sablonneuses ou marécageuses. Plusieurs arbres ne perdent jamais leurs feuilles. On peut y faire pousser des plantes qui ne peuvent pas arriver à maturité chez nous : le tabac de Trinidad, le riz et l'indigo. On est très loin des érables à sucre et des épinettes.

Votre dévoué serviteur,

Jacques Choquette

Auteur :
Léon Robichaud

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)