Aller au contenu principal

Le Québec vers 1905

Le Québec  vers 1905

Des inventions qui changent la vie

L'usage universel du téléphone : les demoiselles de téléphone aux heures de service
© Domaine public / Revues d'un autre siècle, no. 6844 / Collection numérique de BAnQ

Le téléphone

Ouf! Il y a beaucoup d’appels téléphoniques aujourd’hui. Je suis téléphoniste, alors c’est mon métier de transmettre les appels chez Bell Canada. Dès que quelqu’un décroche le récepteur chez lui, un voyant correspondant à son numéro de téléphone s'allume sur le standard, je lui réponds et me charge de transmettre son appel vers la destination demandée. Le métier de téléphoniste est très exigeant. Je suis obligée d’être extrêmement concentrée et polie. Le téléphone est une nouvelle invention très populaire. Il en coûte environ 6,00$ par année pour en posséder un (un ouvrier gagne en moyenne 7,78$ par semaine en 1901). Pour l’instant, il n’y a que les riches et les entreprises qui sont capables de payer ce service.

 

Des produits manufacturés

En ce début de siècle, les nouvelles inventions sont nombreuses. Les publicités dans les journaux et dans les catalogues en sont pleines. Il y a beaucoup de produits importés des États-Unis. Les premières automobiles arrivent à Montréal. Moi, je rêve d'en posséder une et d’avoir l’électricité.

Des inventions, j’ai l’impression qu’il y en a tous les jours. La plupart sont des produits manufacturés, c’est-à-dire qui ont été produits en usine. Il y a eu les crayons de couleur Crayola et les grille-pains de la compagnie Général Electric.

Je ne sais pas où s’en va le monde avec toutes ces inventions et quand le progrès va s’arrêter. Justement, un Monsieur du nom d’Albert Einstein vient de publier une théorie sur la relativité. Je ne sais pas si ça va être utile…

Auteur :
Service national du Récit de l'univers social

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)