Aller au contenu principal

Les Iroquoiens vers 1500

Les Iroquoiens  vers 1500

Les Iroquoiens vers 1745

Les Iroquoiens  vers 1745

Changement

Les Iroquoiens  vers 1745

Vivre dans une mission

Un village d'Amérindiens domiciliés
© Création Bernard Duchesne

À compter des années 1650, plusieurs Autochtones convertis à la religion catholique viennent s’installer dans la vallée du Saint-Laurent, près des établissements des colons français, près de Québec, de Trois-Rivières ou de Montréal. On les appelle les Autochtones domiciliés.

On retrouve, au total, sept villages autochtones qui existent encore aujourd’hui.

Des missionnaires français sont présents dans tous les villages. Ils font construire une chapelle. La religion catholique occupe une place importante dans la vie de la communauté. Les Français voient la présence des villages autochtones d’un bon œil, car les Autochtones domiciliés aident à protéger la colonie et ils participent au commerce de fourrure.

Les Hurons de Jeune-Lorette (Wendake)

Les Hurons sont les premiers Iroquoiens à venir trouver refuge près de Québec en 1650. Ils s’installent à Jeune-Lorette en 1697, où vit toujours une communauté huronne aujourd’hui.

C’est à Wendake que les Autochtones ont le mode de vie qui ressemble le plus à celui des habitants d’origine française. Ils sont nombreux à avoir délaissé la maison longue pour une maison « canadienne ». Leurs habits sont aussi semblables à ceux des habitants de la ville de Québec, tout à côté.

Les villages iroquois : Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne

Les Iroquois arrivent dans la vallée du Saint-Laurent à partir des années 1660. Le premier village et celui qui demeure le plus important est Kahnawake.

Vers 1745, dans les villages iroquois, les maisons sont encore majoritairement des maisons longues. À Kanesatake, on commence toutefois à voir des maisons canadiennes. À la façon des colons, les Autochtones sont de plus en plus nombreux à élever des animaux domestiques et à posséder des chevaux, particulièrement à Kahnawake.

Les Iroquois de ces villages restent en contact étroit avec les Iroquois des Cinq Nations qui sont restés sur leur territoire et qui ne se sont pas convertis à la religion catholique.

Auteur :
Service national du Récit de l'univers social

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)