Aller au contenu principal

La Côte Ouest vers 1905

La Côte Ouest  vers 1905

Les Chinois et les Autochtones

L'immigration chinoise et la grande traversée du Pacifique
© Creative Commons (BY-NC-SA) / Service national du RÉCIT de l'univers social

Les Autochtones

À l'arrivée des premiers explorateurs européens en Colombie-Britannique, les nations autochtones Songhees, Esquimalt et Haïda y vivaient déjà. Elles n'eurent d'autres choix que de céder leur territoire. Les Européens avaient besoin de terres cultivables pour s'établir. Les deux groupes signèrent des traités donnant des terres aux Européens tandis que les Autochtones y conservaient le droit de chasser et de pêcher.

La vie des Autochtones a profondément changé avec la colonisation. Tout d'abord, les maladies, en particulier la variole, ont touché ces peuples et provoqué la mort de plusieurs d'entre eux. Ensuite, avec le temps, les Autochtones en sont venus à travailler pour les nouveaux arrivants et même à adopter certaines de leurs coutumes. Finalement, les Autochtones furent confinés dans des réserves.

Les Chinois

Les immigrants chinois arrivant de Californie ou de Chine, tout comme les Autochtones, n'ont pas eu la vie facile. Ils sont venus en Colombie-Britannique dans l'espoir de faire fortune et d'y trouver de l'or. Ils ont été, par la suite, engagés comme ouvriers pour la construction du chemin de fer. En Chine, la population avait augmenté et le Canada, à trois semaines de bateau de l'autre côté de l'océan Pacifique, semblait une terre intéressante pour émigrer.

Les Chinois travaillaient comme ouvriers à la construction du chemin de fer pour 1$ par jour, un très bas salaire. On leur confiait les travaux les plus durs et les plus dangereux. Quand le chemin de fer du Canadien Pacifique a été achevé en 1885, les travailleurs ont dû trouver de nouveaux emplois. Plusieurs Chinois sont retournés en Chine, mais la majorité ne pouvait se payer le voyage de retour.

Ils s'installèrent en communauté et créèrent des quartiers chinois dans les villes. Ils sont alors devenus jardiniers, épiciers, cuisiniers ou domestiques. Ils travaillaient aussi dans les mines et dans les conserveries de poisson. De plus, ils durent faire face au racisme et à la discrimination.

 

  Nombre en 1901 Nombre en 1911
Autochtones 28 949 20 134
Chinois 14 885 19 568

Source: Annuaire du Canada

Auteur :
Service national du Récit de l'univers social

Licence d'utilisation :
Attribution + Noncommercial + ShareAlike (BY-NC-SA)