Qu'est-ce qu'on mange ?

<div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Une cuisine en Nouvelle-France] © Lamontagne et Duchesne <a href='http://www.prologue.qc.ca'>www.prologue.qc.ca</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Les animaux de la ferme en Nouvelle-France] © Service national du RÉCIT de l'univers social, <a href="http://www.recitus.qc.ca">www.recitus.qc.ca</a>

Les habitants de la Nouvelle-France doivent surtout compter sur leur environnement pour s’alimenter. La terre, la forêt et les cours d’eaux fournissent aux habitants tout ce qu’ils ont besoin pour survivre.

De la terre, les habitants récoltent : chou, carotte, céleri, fève, salade, pois et oignon. Dans les jardins, les habitants ont aussi des arbres fruitiers tels que le pommier.

Les paysans transforment le blé cultivé en farine. La farine est l’ingrédient le plus important dans la fabrication du pain. Il faut cultiver beaucoup de blé, car le pain est l’aliment le plus souvent mangé par les habitants de la Nouvelle-France. La majorité des maisons ont leur four à pain.

Les animaux de la ferme sont essentiels pour les produits qu’ils fournissent. La vache donne le lait pour le beurre et le fromage et la poule fournit les œufs. Ces animaux peuvent être mangés, tout comme le cochon et le mouton. À l’automne, on fait boucherie, c’est-à-dire que l'on tue quelques-uns des animaux pour manger leur viande, comme le cochon.

La forêt vient compléter l’alimentation des habitants. On y retrouve les petits fruits sauvages, comme les fraises, les framboises, les bleuets et les canneberges. Ses fruits sont cueillis durant l’été et transformés en confiture. Les noix de toutes sortes sont aussi cueillies. La forêt abrite également des animaux sauvages que l’on chasse pour les manger, comme l’orignal, le lièvre, la perdrix et la tourte.

Ainsi, les habitants de la Nouvelle-France ont une alimentation assez variée. La quantité et la qualité de la nourriture dépendent toutefois de la température. Une bonne récolte assure une bonne alimentation pour tout l’hiver, alors qu’une mauvaise récolte amène la famine dans la colonie.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: