Se déplacer en Iroquoisie : cours d'eau et sentiers forestiers

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Construction d&#039;une pirogue iroquoise] © Diane Boily / Site Édutic-UQTR, <a href="http://www2.uqtr.ca/hee/site_1/index.php?no_fiche=1876" target="_blank">AKI : Sociétés et Territoires autochtones</a> <div title='Creative Commons'class='image-licence'><span id='cc'></span></div>[Raquettes, luge, mocassin, crosse : autant d&#039;objets empruntés à la culture amérindienne] © John Henry Walker <a href="http://www.mccord-museum.qc.ca/fr/">Musée McCord</a> / M930.50.5.467.1-4 <div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Les Iroquoiens utilisaient beaucoup le canot pour se déplacer sur leur territoire] © P. Lafitau / Moeurs des sauvages ameriquains, comparées aux moeurs des premiers temps, Tome 2, p. 218 / <a href="http://memory.loc.gov/intldl/fiahtml/fiahome.html" target="_blank">Bibliothèque nationale de France - Paris/Gallica</a>

De bons marcheurs
Les Iroquoiens sont de bons marcheurs, car leurs jambes sont un de leur principal moyen de transport. Il n’y a aucun cheval pour faciliter leurs déplacements vers 1500. Pour s’orienter, ils savent observer ce qui les entoure dans la nature, par exemple la mousse des arbres, le vent, le soleil. Des sentiers forestiers guident aussi leurs pas.

Des raquettes en hiver
L’hiver, pour empêcher que leurs pieds ne s’enfoncent trop profondément dans la neige et ne ralentissent leur marche, ils fabriquent des raquettes. Elles ont des formes légèrement différentes d’une nation à l’autre, mais elles ont toutes la même fonction : se déplacer plus rapidement et plus facilement sur la neige.


Des canots pour les nombreux cours d’eau
Que font-ils pour de plus longues distances? Ah! Les Iroquoiens ont mis à profit les nombreux cours d’eau qui parcourent leur territoire. Grâce aux canots d’écorce que les hommes fabriquent, ils peuvent voyager à peu près partout. Comme pour les raquettes, les canots diffèrent un peu selon les nations. Les Hurons, par exemple, utilisent l’écorce de bouleau, alors que les Iroquois utilisent surtout l’orme, car il n’y a pas de bouleau sur leur territoire. Les qualités de leurs canots ne sont donc pas les mêmes.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: