Faire du commerce

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Dépôt de bois près de Québec, vers 1838] © William Henry Bartlett <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a>, C-016549

Le commerce des fourrures : Au début du 19e siècle, le commerce des fourrures est en difficulté. Les marchands de Montréal ne font plus beaucoup d’argent, car il faut aller de plus en plus loin pour trouver des fourrures. La colonie doit donc se trouver un nouveau moteur économique.
 
Le bois : Heureusement, le commerce du bois est en pleine expansion; la demande provenant de l’Angleterre est très grande. L’Angleterre doit venir s’approvisionner en bois dans la colonie malgré la longue distance à parcourir. On a besoin de bois pour construire des navires, des maisons ou encore pour fabriquer des tonneaux.
 
L’agriculture : Dans les seigneuries de la plaine du Saint-Laurent, les terres sont épuisées et surpeuplées. Il faut diversifier les cultures, mais c’est à peine si chaque terre fournit ce qui est nécessaire pour nourrir une famille.
 
Dans le Haut-Canada, les terres sont nouvelles et le sol est riche, l’agriculture y est florissante. C’est le Haut-Canada qui prend la relève de la culture du blé. Mais dans le Haut-Canada, il y a un problème de transport, aucun cours d’eau ne donne accès à la mer. Ce problème est corrigé par la construction du Canal Lachine.
 

 
La potasse : Dans le Haut-Canada où il y a beaucoup de forêts, on fabrique aussi de la potasse. La potasse est obtenue par le lessivage des cendres de bois. On utilise la potasse pour fabriquer du savon. À cette époque, l’Angleterre produit beaucoup de tissus de coton. Pour nettoyer tous ces tissus et les blanchir, il faut de grandes quantités de potasse.
 
Dans la colonie, le commerce est maintenant entre les mains de grands commerçants anglais qui fondent plusieurs compagnies et même des banques pour répondre à leurs demandes. Le commerce change, ce qui entraîne la création de nouvelles industries.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: