Le troc : des échanges entre nations

<div title='Images, cartes ou graphiques avec une utilisation restreinte : Illustration libre de droits et gratuite pour une utilisation dans un contexte &eacute;ducatif seulement. Par &laquo; contexte &eacute;ducatif &raquo;, nous entendons toute r&eacute;alisation, par un enseignant ou autre intervenant du monde scolaire, pour des &eacute;l&egrave;ves comme des notes de cours ou un site web. Les &eacute;l&egrave;ves peuvent aussi utiliser les illustrations dans leurs travaux scolaires ou toutes autres r&eacute;alisations en relation avec le monde &eacute;tudiant.'class='image-licence'><span id='jaune'></span></div>[Les Algonquiens et les Iroquoiens s&#039;échangent des biens dont ils ont besoins] © <a href="http://bernardduchesne.com/" target="_blank">Création Bernard Duchesne</a> <div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Wampums : ils sont échangé lors de rencontres politiques et servent aussi de monnaie d&#039;échanges] © Musée de la civilisation, dépôt du Séminaire de Québec, collection Cyrille Tessier. Collier de porcelaine ou Wampum.  Huron-Wendat ? Coquillage et cuir. Idra Labrie, photographe. Nº 1992.1288 <div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Des pots en argile, servant à entreposer de la nourriture] © Parcs Canada / <a href="http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/qc/cartierbrebeuf/index_f.asp" target="_blank">Lieu historique national du Canada de Cartier-Brébeuf</a> <div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Scènes d&#039;échanges chez les Cinq Nations] © P. Lafitau / Moeurs des sauvages ameriquains, comparées aux moeurs des premiers temps, Tome 2, p. 314 / <a href="http://memory.loc.gov/intldl/fiahtml/fiahome.html" target="_blank">Bibliothèque nationale de France - Paris/Gallica</a>

À une époque où les moyens de transport sont limités à la marche, à la raquette et au canot, on imagine mal les nations amérindiennes parcourir de longues distances pour s’échanger des produits. Et pourtant, c’est bien le cas en 1500.

Les matériaux et les ressources varient selon la région habitée par chaque nation. Les échanges permettent donc à des nations d’obtenir des biens et des ressources qu’elles ne peuvent trouver ou fabriquer sur leur territoire. Les Hurons, par exemple, peuvent échanger du maïs, qu’ils cultivent en grande quantité, contre du poisson séché, fourni par des Algonquins. Ainsi, chaque nation y trouve son compte.

Tu veux un autre exemple? Lorsque Jacques Cartier ramène Donnacona en France en 1535, il remarque que le chef a un couteau en cuivre. Mais on ne trouve pas de cuivre dans la région de Québec, où habite le chef. Il n’y en a qu’à un endroit : près du lac Supérieur. Observe sur une carte la distance entre le lac Supérieur et Québec, c’est très loin. Les Iroquoiens du Saint-Laurent ont obtenu des objets en cuivre par un réseau d’échanges.

Les échanges ont généralement lieu en été, lorsqu’il est plus facile de se déplacer sur de grandes distances. Ce sont des moments de fêtes pour les Amérindiens. Les nations qui sont regroupées en confédération, comme les Hurons et les Cinq Nations, rendent plus faciles ces échanges.

Le savais-tu?

Qu’est-ce qui nous prouve que les nations échangeaient des produits?

Les archéologues ont trouvé des artéfacts faits avec des matériaux qui viennent de très loin sur des sites qui datent d’avant l’arrivée des Européens. Les matériaux ou les objets étaient donc transportés sur de grandes distances. 

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: