Les cultures noires

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Danse zoulou] © Biqblue Meanie/ <a href="http://www.flickr.com/photos/bigblue/81729962/" target="_blank">Flickr/</a>Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.fr_CA" target="_blank">Creative Commons by-nc-sa 3.0</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Église protestante d&#039;Afrique du Sud] © Gregor Rohrig/ <a href="http://www.flickr.com/photos/gregorrohrig/302741583/" target="_blank">Flickr/</a>Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.fr_CA" target="_blank">Creative Commons by-nc-nd 3.0</a>

Officiellement, le pays compte dix groupes culturels noirs, qui sont séparés et obligés de vivre dans autant de homelands. Chacune de ces nations a sa langue et sa propre culture. Toutefois, les langues parlées par les Noirs sud-africains ont plus du tiers de leur vocabulaire en commun, ce qui fait qu’il est facile pour les membres des différentes communautés de se comprendre entre eux. Les ethnies les plus nombreuses sont les Zoulous, les Xhosas, Les Swazis, les Tswanas et les Sothos du Nord.

Convertis de longue date, la majorité des Noirs sont chrétiens, surtout catholiques, ou associés à différentes églises protestantes. Cependant, les religions traditionnelles continuent d’être pratiquées en parallèle avec le christianisme. Par exemple, les Zoulous vouent un culte particulier à leurs ancêtres qui sont réputés avoir une influence directe sur leur vie, tout en respectant les cultes chrétiens. La médecine traditionnelle est également pratiquée, souvent de pair avec la médecine moderne.

La musique et la danse sont très répandues dans les communautés noires sud-africaines. À l’époque de l’apartheid, alors que toute activité intellectuelle était interdite, ces formes d’expression demeuraient un des rares domaines où le régime n’intervenait pas pour les contrôler ou les interdire. Les danses traditionnelles expriment généralement divers événements de la vie quotidienne : danses guerrières, danses d’amour ou de joie, danses pour célébrer le culte des ancêtres, etc.

Auteur: 
Alexandre Lanoix
Licence d'utilisation: