L’industrie de la pêche

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Un bateau de pêche dans les maritimes] © photo71, <a href="http://www.flickr.com/photos/photo71/88218524/" target="_blank">Flickr</a>

Puisque la pêche est une activité économique très importante pour les Micmacs, les questions de droits de pêche au saumon et au homard leur tiennent à cœur et entraînent parfois des accrochages avec les non-autochtones. En 1981, la décision du gouvernement de limiter les prises de saumon a provoqué la colère chez les Micmacs. Pour eux, le saumon est une source traditionnelle de nourriture et de revenu.

Les Micmacs de Restigouche se sont alors entendus avec le gouvernement du Québec à propos de la pêche au saumon. Ils ont ainsi sauvegardé leurs droits et ils ont protégé cette ressource en limitant la durée de la pêche. En 1982, les Micmacs de Maria se sont associés à des non-autochtones des villages voisins pour former la Société de gestion du saumon de la Grande rivière Cascapédia. Les Micmacs ont également réduit leur pêche; en échange, ils ont obtenu la moitié des emplois créés par cet organisme qui organise des séjours de pêche.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: