Alphonse Desjardins

<div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Alphonse Desjardins] © Société historique Alphonse-Desjardins <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Maison d&#039;Alphonse Desjardins, où il fonda la première caisse populaire en 1900] © Paul Grant. <a href="http://www.ccdmd.qc.ca/quebec/">Québec en images</a>

Je me présente, je suis Alphonse Desjardins. Avez-vous déjà entendu mon nom ? Il est associé au Mouvement des Caisses Desjardins. Je vais vous expliquer pourquoi cette institution financière porte mon nom.

Je suis né à Lévis, en 1854, dans une famille nombreuse qui n'était pas très riche. À cette époque, la majorité de la population du Québec était francophone et vivait à la campagne. Pour les agriculteurs surtout, la situation est difficile. Les dernières années ont été marquées par de mauvaises récoltes et plusieurs d'entre eux ont accumulé des dettes. Les banques, généralement situées dans les grandes villes, ne font affaire qu'avec les commerçants, les industriels et les familles fortunées. Par conséquent, les gens pauvres et ceux qui vivent la campagne n’ont pas accès à l'épargne ni au crédit.

J’ai été sensibilisé aux problèmes économiques et sociaux du pays alors que je travaillais à la Chambre des communes. J’ai alors cherché des solutions pour permettre l’accès au crédit à un plus grand nombre de gens. Je me suis alors inspiré des coopératives de crédit existantes en Europe pour fonder ma propre coopérative. C’est ainsi que le 6 décembre 1900, j’ai fondé la première caisse populaire, à Lévis, près de Québec. Elle permet aux petits épargnants de déposer leurs économies et de venir emprunter de l’argent pour réaliser certains projets.

J’ai ainsi initié les gens modestes à l'épargne et leur ai appris comment faire face aux imprévus de la vie. À ma mort, en 1920, on compte au Québec quelques 140 caisses en activité, qui regroupent plus de 30 000 membres.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: