Travail égal – salaire égal

Notice : Éva Circé-Côté fut une grandes militantes féministes au Québec. Elle fonde en 1903 la première bibliothèque publique de la ville de Montréal. Circé-Côté a aussi longtemps contribué à un journal syndical. Elle était obligée d’utiliser un pseudonyme masculin pour pouvoir publier ses articles. L’extrait ci-dessous est l’un de ceux-là. Selon Circé-Côté, pourquoi les femmes doivent-elles avoir le même salaire que les hommes?

Extrait :

« Pourquoi les femmes qui font un travail aussi pénible que les hommes ne seraient-elles pas aussi bien rémunérées? La question féministe est devenue une question économique. La femme aujourd’hui ne réclame plus le droit au travail, et l’on prévoit qu’avant peu elle demandera à grands cris le droit au repos. Ce qu’elle doit exiger, c’est à travail égal, salaire égal. Une chose certaine, c’est que, si l’on emploie plus de femmes partout, on ne les paie pas mieux qu’autrefois et toujours moins que les hommes. […] Pourquoi ces rétributions inégales si les uns et les autres rendent les mêmes services? De telles injustices ne sauraient laisser indifférents ceux qui s’intéressent au relèvement économique de la femme. C’est juste qu’une disproportion dans l’ouvrage se traduise par une disproportion du salaire. Mais, lorsque le travail de la femme est aussi prolongé, aussi pénible, aussi productif que celui de l’homme, pourquoi ne seraient-ils pas aussi bien rémunéré l’un que l’autre? »

Source de l’extrait : Éva Circé-Côté, «Travail égal – salaire égal», Le Monde ouvrier, 25 août 1917. p. 1.

Aucune