La langue

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Les Hurons de Jeune-Lorette] © John Richard Coke Smyth / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE et ARCHIVES Canada</a> / c-001041 <div title='Images, cartes ou graphiques avec une utilisation restreinte : Illustration libre de droits et gratuite pour une utilisation dans un contexte &eacute;ducatif seulement. Par &laquo; contexte &eacute;ducatif &raquo;, nous entendons toute r&eacute;alisation, par un enseignant ou autre intervenant du monde scolaire, pour des &eacute;l&egrave;ves comme des notes de cours ou un site web. Les &eacute;l&egrave;ves peuvent aussi utiliser les illustrations dans leurs travaux scolaires ou toutes autres r&eacute;alisations en relation avec le monde &eacute;tudiant.'class='image-licence'><span id='jaune'></span></div>[Les missionnaires parlaient bien les langues amérindiennes] © <a href="http://bernardduchesne.com/" target="_blank">Création Bernard Duchesne</a>

En 1745, les Iroquoiens parlent encore tous leur langue maternelle, mais selon l’endroit où ils vivent, certains ont aussi appris le français ou l’anglais.

Les Hurons près de Québec

Les Hurons de Jeune-Lorette (Wendake), tout près de la ville de Québec, sont nombreux à parler français en 1745. Ils l’ont appris en côtoyant les habitants de Québec. Ils sont bilingues car ils parlent aussi la langue huronne. Aujourd’hui, la langue huronne est toutefois éteinte. Les Hurons ne la parlent plus.

Les Iroquois domiciliés

Dans les villages iroquois près de Montréal, la plupart des habitants parlent agnier (mohawk). Certains parlent aussi français, mais en moins grand nombre que chez les Hurons.

Les missionnaires des villages parlent une ou plusieurs langues amérindiennes. Plusieurs pensent qu’ils peuvent mieux convertir les Amérindiens dans leur propre langue. Ils ont même traduit les chants et les prières en langues amérindiennes. Aujourd’hui, le mohawk est toujours parlé par plusieurs habitants des communautés de Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne. Les Amérindiens de ces communautés parlent généralement l'anglais.

Les Cinq Nations et les Hurons-Pétuns

Les Iroquois des Cinq Nations qui vivent sur leur territoire d’origine parlent toujours leur langue maternelle. Il y en a parmi eux qui ont aussi appris le français ou l’anglais, mais ils sont peu nombreux. Chez les Hurons-Pétuns, c’est sensiblement la même chose : ils parlent tous huron, mais certains parlent aussi français.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: