Notre économie

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[L&#039;heure de pointe à la coopérative de Kangirsuk] © Ann Grace, <a href="http://www.parcoursnunavik.com/banqueimg/Recherche.asp?DevID=344&amp;Langue=1&amp;Pg=1" target="_blank">Parcours Nunavik</a>

Traditionnellement, avant leur sédentarisation, les Inuits tiraient leur subsistance de la chasse et de la pêche. Même s’ils vivent dans des villages permanents depuis plusieurs années, ces activités sont toujours importantes pour assurer leur alimentation et leur revenu. Toutefois, plusieurs Inuits travaillent pour les corporations de villages nordiques, les coopératives et les entreprises reliées aux domaines de la construction, des mines, des services et du transport aérien.

Les coopératives

À la fin des années 1950, les Inuits ont mis sur pied des coopératives qu’ils gèrent eux-mêmes. Ces magasins coopératifs leur permettent de contrôler l’achat de marchandises en provenance de l’extérieur et la vente de leurs produits, comme les sculptures en stéatite. C’est à partir de cette époque que le talent des sculpteurs inuits a été reconnu internationalement. Ainsi, l’art et l’artisanat sont devenus une source de revenus pour certains Inuits.

Le développement économique

Depuis leur création, les coopératives jouent un rôle important dans l’évolution économique du Nunavik tout en renforçant l’autonomie des Inuits. Cependant, la population inuite reste pauvre. Il y a beaucoup de chômage car les emplois sont peu nombreux dans le Grand Nord et les Inuits sont peu scolarisés. Les emplois, qui demandent des diplômes spécialisés (certificats de métier, diplômes du cégep ou de l’université), sont surtout occupés par des gens qui viennent de l’extérieur du Nunavik.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: