Steve Biko (1946-1977)

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Monument dédié à Steve Biko] © Elle Indsay/ <a href="http://www.flickr.com/photos/elle_indsay/357267069/" target="_blank">Flickr/</a>Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr_CA" target="_blank">Creative Commons by-nc-sa3.0</a>

Né dans un township noir au sein d’une famille engagée et militante, Steve Biko est lui-même très actif dès son jeune âge. Bien qu’expulsé de son école secondaire pour insoumission, il fera des études de médecine à l’université de Durban, qui compte une section pour les non-européens. Il s’allie d’abord à des organisations militantes mixtes, qui comptent des étudiants blancs et noirs unis dans la même recherche de justice.

Toutefois, il est convaincu que les Noirs doivent s’unir entre eux et ne pas compter sur l’aide des Blancs pour atteindre leur émancipation et l’égalité. Il fonde alors l’Organisation des étudiants sud-africains, qui ne compte que des Noirs. Il souhaite que les Blancs cessent de croire qu’ils sont supérieurs et que les Noirs cessent de croire qu’ils sont inférieurs. Ses actions sont non-violentes et passent surtout par l’éducation populaire.

Leader charismatique très influent, il est arrêté par la police le 8 août 1977. En prison, il est torturé et tabassé. Il meurt des suites de ces mauvais traitements le 11 septembre 1977. Sa mort alerte la communauté mondiale et des mesures sont prises contre l’Afrique du Sud en représailles contre le régime de l’apartheid.

Auteur: 
Marianne Giguère
Licence d'utilisation: