Les noirs

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Femme d&#039;une tribu zoulou] © Coyotos/ <a href="http://www.flickr.com/photos/coyotos/482922041/" target="_blank">Flickr</a> /Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.fr_CA" target="_blank">Creative Commons by-nc-nd 3.0</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Un township dans la ville de Cape Town] © Coyotos/ <a href="http://www.flickr.com/photos/mwboeckmann/521117782" target="_blank">Flickr</a> /Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr_CA" target="_blank">Creative Commons by-nc-sa 3.0</a>

Le gouvernement les appelle les Bantous, du nom de leur groupe linguistique, mais ils se désignent eux-mêmes comme Africains. Ils ont été divisés par l’État en dix groupes ethniques à partir de 1951 et on leur a attribué à chacun un territoire, le homeland, où ils sont obligés de s’établir. Ces peuples, tels que les Nguni, les Xhosas, les Zoulous ou les Swazis, habitent le sud de l’Afrique depuis des milliers d’années. Près des deux tiers disent appartenir à différentes confessions chrétiennes établies en Afrique depuis la venue des colonisateurs européens.

Le tiers des Africains noirs habitent dans les centres urbains, où ils forment plus de la moitié de la population, tous groupes ethniques confondus. Le township de Soweto, près de Johannesburg, est le plus peuplé d’Afrique du Sud. La majorité des Noirs vivent cependant en zone rurale, dans des homelands ou comme locataires en territoire blanc. Ils doivent alors payer le propriétaire blanc en travaillant pour lui, en lui donnant de l’argent ou en lui donnant une partie de leurs récoltes.

Auteur: 
Marianne Giguère
Licence d'utilisation: