Nous sommes 800 000

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Origine ethnique de la population des Prairies] © Service national du récit de l'univers social, <a href="http://www.recitus.qc.ca">www.recitus.qc.ca</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[L&#039;urbanisation dans les Prairies et le Canada] © Service national du récit de l'univers social, <a href="http://www.recitus.qc.ca">www.recitus.qc.ca</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Colons ukrainiens a Stuartburn dans le nord du Manitoba] © Auteur inconnu / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a> / C-006608 <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Crowfoot s&#039;addressant au marquis de Lorne lors d&#039;une assemblée d&#039;Indiens en Alberta, 1881] © Sydney Prior Hall  / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a> / C-121918 <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Camp de chasse métis près de Three Buttes, Manitoba, 1873] © Auteur inconnu / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a> / C-041273

En 1906, la population des Prairies est de 808 863 habitants. Le nombre d’habitants a presque doublé en cinq ans à peine, car il n’y avait que 419 512 habitants en 1901. Observe bien le tableau, tu pourras constater à quel point les changements sont importants, particulièrement pour les provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta. La grande majorité des habitants vivent alors à la campagne.
 
Les Amérindiens, les premiers habitants
Pendant très longtemps, les peuples des Premières Nations ont été les seuls à habiter cet immense territoire. Ils étaient peu nombreux, peut-être 33 000 au début du 19e siècle. Les Pieds-Noirs, les Cris des Prairies, les Assiniboines et les Sarsis étaient quelques-unes des nations qui se partageaient le territoire, vivant principalement de la chasse aux bisons.
Dans les années 1870, le gouvernement fédéral signe des traités avec les Premières Nations des Prairies afin de s’approprier leurs terres et les rendre disponibles pour la construction du chemin de fer et la colonisation. Les Premières Nations sont alors placées dans des réserves.
 

 
L’arrivée des premiers Européens dans les Prairies et la naissance des Métis
C’est le commerce des fourrures qui amène les premiers Européens à s’installer dans les Prairies. Ils établissent des postes de traite et un établissement permanent, la colonie de la rivière Rouge. On retrouve des anglophones venus de l’Ontario ainsi que des francophones du Québec, qui épousent des Amérindiennes et donnent naissance à la nation métisse. Le Métis le plus connu est Louis Riel.
 
La réussite du peuplement des Prairies
C’est à partir de 1896 que le peuplement de l’Ouest prend véritablement son envol avec l’arrivée de nombreux immigrants des États-Unis, de Grande-Bretagne et de différents pays d’Europe, comme l’Allemagne, la Russie, la Pologne et les pays scandinaves.
Pourquoi une telle réussite? Il y a plusieurs raisons qui expliquent que le peuplement de l’Ouest prenne autant d’ampleur entre 1896 et 1914. En voici deux : dans l’Ouest américain, les bonnes terres cultivables sont maintenant toutes distribuées; les Prairies sont alors vues comme les dernières bonnes terres disponibles. Ensuite, l’Europe est surpeuplée, il y a donc beaucoup de gens qui quittent pour d’autres pays, comme le Canada.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: