Le chemin du roy

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Le Chemin du roi en 1829] © James Pattison Cockburn / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a> / C-040026

Le chemin du roy est complété depuis 1737. Désormais, on peut aller de Québec à Montréal à cheval. La construction a duré six ans. Les habitants ont ouvert la route eux-mêmes, chacun faisant le bout de chemin devant sa terre. Il faut couper les arbres, arracher les souches, déplacer les cailloux, égaliser la chaussée et creuser des fossés. Lorsqu'il faut construire un pont, les habitants d'une paroisse se mettent ensemble pour faire le travail. Plusieurs rivières sont trop larges pour construire un pont : la rivière Saint-Maurice, la rivière l'Assomption, la rivière des Prairies. Il faut alors prendre un traversier pour se rendre de l'autre côté.

Grâce au chemin du roy, le gouvernement a mis en place un système de relais entre les principales villes. Les voyageurs arrêtent dans des auberges pour manger, dormir ou pour changer de chevaux. Grâce au chemin du roy, on peut faire le trajet Québec-Montréal en deux jours et demi. Les voyageurs ont l'impression que la colonie forme un long village continu.

Le chemin du roy est donc très utile pour les personnes et pour la poste. Pour les marchandises lourdes, le fleuve, ce chemin qui marche, reste encore la meilleure solution. De nos jours, la route 138 suit à peu près le tracé du chemin du roy.

Auteur: 
Léon Robichaud
Licence d'utilisation: