Mgr Laval

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Réception donnée par Mgr de Laval pour le marquis de Tracy et l&#039;intendant Talon, 1665] © Frank Craig / <a href="http://www.collectionscanada.ca/index-f.html" target="_blank">BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES Canada</a> / C-010621 <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Mgr Laval] © The great intendant, par Thomas Chapais, Toronto, Glascow Books, 1914, Coll.Chronicles of Canada series.vol.10.p.12, d'après une peinture située à l'Université Laval

François de Laval est le premier évêque de la Nouvelle-France. Arrivé à Québec en 1659, il dirige l'église catholique de la colonie. Son territoire s'étend sur toute la Nouvelle-France.
 
Le travail d'un premier évêque n'est pas facile. Il doit d'abord se faire obéir par les prêtres déjà installés au pays. Il doit aussi jouer un rôle politique dans la colonie et se trouve parfois en conflit avec le gouverneur. Par exemple, il fait interdire la vente de l'eau-de-vie (alcool) parce qu'il juge que ça détruit les peuples Amérindiens. Le gouverneur n'est pas d'accord avec lui parce qu'il croit que l'alcool est nécessaire au commerce et demande au roi d'intervenir pour rétablir le commerce de l'alcool. Le roi accepte de renverser la décision de Mgr Laval.
 

 
Monseigneur de Laval réussira à établir les bases de l'Église catholique canadienne. À son arrivée en 1659, il n'y a que 27 prêtres pour 2000 habitants. Il fonde le Séminaire de Québec en 1663 pour former des prêtres. Pour assurer un revenu au clergé, il introduit la même année la dîme, le paiement par les paysans d'une partie de leur récolte. Fixée à un treizième de la récolte, la dîme est abaissée à un vingt-sixième à la demande des habitants.
 
Mgr de Laval retarde la création de paroisses, car il croit que les habitants des campagnes sont encore trop pauvres pour faire vivre un curé. Il finit par créer une douzaine de paroisses après 1684, mais le Séminaire doit payer une partie des dépenses des curés. Pieux, humble et charitable, il est généralement aimé des habitants.

Auteur: 
Service national du Récit de l'univers social
Licence d'utilisation: