Les arts en Nouvelle-France

<div title='http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.5/ca/deed.fr_CA'class='image-licence'><span id='CC-by-nc-sa'></span></div>[Tabernacle (1744) ] © Paul Grant/ <a href="http://www.ccdmd.qc.ca/monde/ressource/?id=32792&amp;demande=desc#target=_blank">Monde en images</a>/ 32792 <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Marguerite Bourgeoys par Pierre le Ber] © <a href="http://www.vmnf.civilization.ca/vmnf/collect/Marguer/margu_1f.html#portrait" target="_blank">Musée de la Nouvelle-France – Société du Musée canadien des civilisations<a /></a></a>

Même si les arts ne sont pas une grande préoccupation des Canadiens, on trouve tout de même plusieurs formes d’expression artistique en Nouvelle-France. Il y a peu d’artistes connus par contre et peu de créations originales. Les artistes canadiens reproduisent surtout les modes de la France, avec quelques adaptations.

Les arts et l’Église

Les arts en Nouvelle-France sont très liés à l’Église, surtout en ce qui concerne la peinture, la sculpture et l’orfèvrerie. En effet, les artistes produisent généralement des objets pour les églises : des tabernacles, des calices ou des décorations. On retrouve également plusieurs peintures dans les églises et la plupart des peintres sont des religieux. Par exemple, Claude François, aussi appelé Frère Luc, peint une trentaine de toiles pour des églises de la région de Québec en 1670-1671.

La musique

La musique fait partie de la vie quotidienne des Canadiens. On joue de la musique à plusieurs occasions, dans les mariages et les fêtes religieuses, mais il y a peu de musiciens professionnels. Ce sont les habitants qui jouent de la musique. L’endroit où les Canadiens entendent le plus de musique est l’église. En 1661, le gouvernement achète un orgue sur lequel Louis Joliet joue, mais ce n’est qu’en 1724 qu’un premier musicien professionnel s’installe en Nouvelle-France. Son nom est Jean Girard et il est organiste, maître de chant et maître d’école.

Le savais-tu?

Les missionnaires ont beaucoup utilisé les chants religieux pour tenter de convertir les Amérindiens. Ils ont même traduit plusieurs chants pour que les Amérindiens en comprennent le sens.

Auteur: 
Alexandre Lanoix
Licence d'utilisation: