Fêter et célébrer en Nouvelle-France

<div title='Images, cartes ou graphiques ne pouvant &ecirc;tre reproduits sans en demander les droits &agrave; l&rsquo;auteur.'class='image-licence'><span id='rouge'></span></div>[Kermesse] © <a href="http://www.vmnf.civilization.ca/vmnf/popul/habitant/danser-fa.htm" target="_blank">Musée de la Nouvelle-France – Société du Musée canadien des civilisations</a> <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Plantation du mai] © The picture gallery of Canadian history, vol.1. Discovery to 1763.Toronto, The Ryerson Press, Dessins collectés et dessinés par C.W. Jefferys assisté de T.W. McClean, 1942, p.210

Enfin un peu de repos ! Aujourd'hui, c'est congé, on va en profiter pour fêter un peu puisque c'est la fête du Mai. Ici en Nouvelle-France dans une année, on compte jusqu'à 85 jours où le travail est interdit par l'église, soit 52 dimanches et 33 fêtes obligatoires. Mais on ne peut pas dire qu'on célébre toujours les jours de congé.
 
C'est parfois difficile de fêter, car le commerce des fourrures garde les hommes absents de la maison et les habitations sont parfois si éloignées les unes des autres que cela rend les déplacements difficiles. Mais on s'amuse quand même en passant les soirées près du feu à écouter des histoires ou à chanter.
 

 
Certains jouent à des jeux, comme les dames ou les dominos. Les jeunes, eux aiment bien danser au son des violons, mais il faut être chanceux pour connaître un musicien; ils sont rares dans la colonie. On organise aussi des fêtes lors des mariages ou des baptêmes. Les fêtes les plus importantes sont des fêtes religieuses, comme Pâques ou Noël.
 
Mais aujourd'hui, comme je vous l'ai déjà dit, c'est la fête de la plantation du Mai. Nous nous rendons tous au manoir du seigneur pour planter devant la maison un conifère auquel on a enlevé l'écorce et les branches. Comme le veut la tradition, il faut d'abord demander au seigneur la permission de planter l'arbre. Ensuite, le seigneur est invité à noircir le Mai. Il s'amène sur le seuil de la porte du manoir avec son fusil et tire sur l'arbre. Après lui, tous les habitants assez vieux pour avoir un fusil tirent sur le mât. Plus on tire, plus le mât est noir, plus le compliment est flatteur pour le seigneur.
Ensuite, tout le monde mange, boit et chante.

Auteur: 
Léon Robichaud
Licence d'utilisation: