Les coureurs des bois

<div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Coureurs des bois au Manitoba] © Artiste inconnu / <a href='http://www.collectionscanada.ca/index-f.html' target="_blank">BIBLIOTHÈQUE et ARCHIVES Canada</a> / C-082972 <div title='Images, cartes ou graphiques libres de droits pour un usage &eacute;ducatif et non commercial. Merci de mentionner le nom de l&rsquo;auteur et la source.'class='image-licence'><span id='vert-libre'></span></div>[Un coureur des bois] © Arthur Heming / <a href='http://www.collectionscanada.ca/index-f.html' target="_blank">BIBLIOTHÈQUE et ARCHIVES Canada</a> / C-005746

Vers 1745, la traite des fourrures est une entreprise très règlementée. Toute personne qui désire faire la traite des fourrures doit détenir un permis et toutes les peaux vendues à l’extérieur de la Nouvelle-France doivent passer par la Compagnie des Indes occidentales. Pour obtenir le droit de faire du commerce avec les Amérindiens, on doit acheter un permis qui coûte 1 000 livres. C’est très cher.

Devenus hors-la-loi

Depuis les débuts de la Nouvelle-France, les coureurs des bois ont parcouru le territoire et sont entrés en contact avec les tribus amérindiennes pour acheter des fourrures et les revendre par la suite. À partir de la fin du XVIIe siècle, les coureurs des bois indépendants sont progressivement remplacés par des employés des compagnies. À partir de 1716, on considère que les personnes qui font du commerce sans avoir de permis, comme les coureurs des bois, sont des hors-la-loi.

Un travail difficile

La vie d’un coureur des bois n’est pas de tout repos. Ils doivent parcourir de très longues distances en transportant de lourds ballots de fourrures, faire du portage et supporter des conditions climatiques extrêmes. En plus, leurs profits baissent depuis plusieurs années. Il y a donc de moins en moins de coureurs des bois en Nouvelle-France.

Auteur: 
Alexandre Lanoix
Licence d'utilisation: