Un mythe de la tribu Ojibwé

Notice : l’extrait ci-dessous est un mythe de la tribu Ojibwé, groupe algonquin. Il est transmis de génération en génération et explique l’origine de l’établissement du peuple algonquin sur son territoire. À partir de ce mythe, est-il possible de déterminer si les Algonquins sont nomades ou sédentaires? Explique ta réponse.

Extrait : « Il y a longtemps, le Grand Esprit fit apparaître deux grues (1), l'une mâle, l'autre femelle. Elles laissèrent le Grand Esprit et s'envolèrent vers la terre. Longtemps, elles survolèrent des contrées à la recherche de l'endroit idéal. Elles visitèrent la prairie et s'arrêtèrent pour goûter à la chair de bison. Quoiqu'elle fût bonne, les deux grues craignirent d'en manquer et repartirent. Elles passèrent au-dessus des grandes forêts et goûtèrent à la chair du cerf, du caribou, du castor et de plusieurs autres animaux de ces régions. Elles les trouvèrent toutes succulentes, mais la crainte d'en manquer un jour s'empara d'elles une fois de plus. Après avoir survolé les Grands Lacs et goûté aux différentes espèces de poissons qui abondaient dans ces eaux, elles vinrent à passer près des rapides, à l'embouchure du lac Supérieur. Là, elles observèrent les poissons qui tentaient de remonter le courant tumultueux. Elles constatèrent alors qu'ils étaient faciles à prendre et que leur nombre semblait infini. Elles se regardèrent et se dirent l'une à l'autre: «Ici se trouve l'abondance de nourriture, ici sera notre pays.»

(1) Oiseaux

Source: 

CARDIN, Jean-François. Le Québec: héritages et projets, Montréal, HRW, 1984, p.44.

Aucune